La fonction flyback

iwc-spitfire-chropograph-mood01

Longines-Flyback-Chrono-13-ZN

C’est en 1936, afin d’apporter une aide à la navigation aérienne que la fonction flyback, ou « retour de vol », est inventée.

Il s’agit alors de la version moderne proposée par Longines avec son célèbre calibre 13ZN. La Maison horlogère s’est inspirée de Fritz Bovet qui, en 1889, avait breveté un chronographe de poche qui présentait cette même complication. 

Présentation de la fonction flyback

L’origine du nom flyback s’explique simplement par l’effet de « retour en vol de l’aiguille ». Cette fonction horlogère, additionnelle aux chronographes ordinaires, permet de remettre le chronométrage à zéro et de recommencer un comptage, afin de procéder à une nouvelle mesure du temps, par le biais d’une seule pression.

Mise au point pour les pilotes d’avion, et particulièrement pour l’armée, cette complication permet une action simple et rapide, contraire à l’utilisation d’un chronographe standard sur lequel il convient d’effectuer l’arrêt de l’aiguille, la remise à zéro et le redémarrage de l’aiguille. 

En effet, lorsque le chronographe est en marche, une simple pression du poussoir (généralement situé à 4 heures) enclenche la remise à zéro et le lancement d’un nouveau comptage. Autrement dit, les manipulations Stop, Reset et Start se réalisent, grâce au flyback, en une 

Breguet-Type-XXseule fois et en un temps record, sans perte de concentration de la part du pilote, ce qui s’avère très efficace lors d’une mission aérienne.

Rare et onéreuse, cette complication est certifiée par l’inscription « flyback » ou « retour de vol », généralement gravée sur le cadran des garde-temps équipés de cette fonction. Nous retrouvons parmi les modèles historiques l’emblématique Breguet Type XX, conçue dans les années cinquante pour l’Aéronavale française, et ceux des Maisons Longines, Tutima et Hanhart qui mettent en avant l’histoire militaire de cette complication.