L’histoire de Baume et Mercier

Fidèle à sa devise « Ne rien laisser passer, ne fabriquer que des montres de la plus haute qualité», la Maison Baume & Mercier a toujours été attachée à l’excellence de la mesure du temps.

Créé en 1830 dans le Jura suisse,  le comptoir horloger  de Louis-Victor et Célestin Baume prend rapidement de l’ampleur. À la fin du XIXe siècle, la société des Frères Baume a déjà acquis une solide renommée internationale et devient un acteur horloger incontournable à l’étranger. En 1918, William Baume, le dirigeant de la Maison, s’associe à Paul Mercier et fondent ensemble Baume & Mercier, Genève. En 1988, la Maison rejoint le groupe Richemont.

Avec ses montres belles, complexes et d’une rare précision, Baume & Mercier remporte de multiples records et différents concours de chronométrie. En 1919, la Maison se voit décerner la plus haute distinction horlogère internationale en recevant le “Poinçon de Genève”, gage  de grande qualité.

Forte de créativité, la marque impose son style et laisse une empreinte durable dans l’univers du design horloger. Elle saisit l’importance de l’émancipation des femmes et crée pour celles-ci des modèles de formes remarquables, prouvant qu’une montre féminine ne se résume pas à une interprétation miniature d’une montre d’homme. La féminité fait partie intégrante des valeurs de Baume & Mercier.

Parmi les grands succès de Baume & Mercier, on compte :

  • La montre-bijou la Marquise, lancée à la fin des années 1940, première montre dotée d’un bracelet esclave rigide,
  • La Galaxie ou la Stardust, les garde-temps aux formes innovantes des années 1970,
  • La Riviera, l’une des premières montres de sport en acier dans le monde en 1973,
  • La Catwalk, montre manchette, lancée en 1997 et dotée d’un cadran carré intégré dans le bracelet.

 

 

 

 

Baume & Mercier propose aujourd’hui les collections :  Classima pour les adeptes d’un design minimaliste ; Linea pour les femmes élégantes et dynamiques ;  Clifton pour répondre aux attentes des citadins en quête d’un garde-temps à la fois classique et contemporain.

Riche de cette histoire exceptionnelle, la Maison Baume & Mercier célébrera ses 190 ans en 2020.

Sur le même sujet: Le mouvement Baumatic de Baume & Mercier

Squad Breitling

La mythique marque horlogère a fait le choix de remplacer le concept d’ambassadeur de marque par des squads, des équipes de stars et a créé  les Squads Breitling.

« Chez Breitling, nous croyons au pourvoir de l’esprit d’équipe, à la force du groupe et à la définition d’un objectif commun, lesquels mènent immanquablement à la réussite », explique Georges Kern, PDG de Breit­ling. « Nous recherchons l’authenticité, la crédibilité et l’honnêteté pour notre marque et pour nos pro­duits, ainsi que dans nos interactions avec les clients. Il en va de même pour chacune de nos Squads. Nous nous apprêtons à lancer plusieurs d’entre elles dans différents domaines d’activité allant des sports aux arts et en lien avec nos thématiques : air, mer et terre. Les membres de nos Squads, qu’ils soient de renommée mondiale ou anonymes, seront des maîtres absolus dans leurs domaines respectifs. »

Le septième art à l’honneur

Ce Squad Breitling est entièrement dédiée à l’univers du cinéma. L’actrice sud-africaine Charlize Theron, oscarisée pour Monster, a été enrôlée dans cette équipe de choc, tout comme l’acteur et producteur Brad Pitt, le héros des derniers Star Wars Adam Driver, et l’acteur américano-chinois Daniel Wu.

Breitling précise que chacune des personnalités nommées dans ces Squads sera amenée à réaliser des missions, individuelles ou en groupe, pour la Manufacture suisse.

Brad Pitt

Révélé à 28 ans dans le film Thelma et Louise de Ridley Scott (1991), Brad Pitt enchaîne ensuite les films à un rythme effréné. En 1994, il confirme son talent avec Entretien avec un vampire et donne la réplique à Tom Cruise et à Kirsten Dunst. Il poursuit une carrière sans faute, il collabore avec de prestigieux réalisateurs comme David Fincher (Fight Club), Steven Soderbergh (Ocean’s Twelve et Ocean’sEleven), Quentin Tarantino (Inglorious Basterds), ou les frères Coen (Burn after Reading). Il apparait dans des blockbusters comme le péplum Troie (2004), ou World War Z  (2013) et marque les esprits dans un rôle de père de famille autoritaire dans The Tree of Life, de Terrence Malick, qui remporte la palme d’or à Cannes en 2011.

Parallèlement, il mène une carrière de producteur avisé, avec sa société de production Plan B entertainment (Les infiltrés, World War Z, Twelve years a slave…). En 2015, il tourne sous la direction d’Angelina Jolie, Vue sur mer et est à l’affiche des Alliés de Robert Zemeckis et de Voyage of time de Terrence Malick l’année suivante. Nous l’avons retrouvé cette année dans Once upon a time in Hollywood, réalisé par Quentin Tarantino, aux côtés de Leonardo DiCaprio.

Charlize Theron

En 1994, elle rencontre John Crosby, découvreur de talents à Hollywood. Elle s’inscrit à des cours de théâtre et fait ses débuts sur grand écran dans Two days in the Valley en 1996. Elle est révélée au grand public en 1997 avec L’Associé du diable aux côtés de Keanu Reeves, son premier succès commercial. Après quelques films au succès mitigé (Le sortilège du scorpion de jade, Mauvais piège, Sweet november), elle revient en haut de l’affiche en 2003 avec Braquage à l’italienne. En 2003, elle obtient l’oscar de la meilleure actrice pour sa prestation dans le film Monster, dans lequel elle s’est enlaidie. Cinq ans plus tard, elle tourne sous la direction Stuart Townsend, Bataille à Seattle. L’actrice qui alterne les registres participe en 2012 à deux super productions hollywoodiennes,  Blanche-Neige et le Chasseur et Prometheus.

En 2015, aux côtés de Tom Hardy, elle interprète le personnage fort de l’Imperator Furiosa dans le nouveau Mad Max, Fury Road, qui est une énorme réussite. Le film remporte même six Oscars ! En 2019, Charlize tourne dans le 9e  volet de Fast and Furious  dans lequelle la comédienne est de retour dans la peau d’une hackeuse criminelle cyber-terroriste, uniquement motivée par l’argent.

Adam Driver

Adam Driver, Charlize Theron

Né dans l’Indiana, rien ne prédestine Adam Driver à faire carrière au cinéma. Avant de devenir l’étoile montante d’Hollywood, il s’engage dans l’armée américaine suite aux attentats du 11 septembre 2001. Pendant deux ans, il suit une formation chez les Marines au Camp Pendleton à San Diego. Il échappe de peu à la guerre en Irak en étant démobilisé pour raisons médicales trois mois avant son départ. Il retourne dans l’Indiana pendant un an avant de s’envoler à New York où il intègre la célèbre Juilliard School, école privée de spectacles. Son diplôme en poche, Adam Driver ne tarde pas à trouver des rôles chez les plus grands cinéastes : Clint Eastwood pour J. Edgar en 2012, Steven Spielberg pour Lincoln et les frères Coen pour Inside Llewyn Davis en 2013.

En parallèle, Adam Driver intègre dès 2012 le casting de la série Girls aux côtés de Lena Dunham. Son rôle du déjanté Adam Sackler le révèle au grand public et lui vaut trois nominations aux Emmy Awards. Le succès n’est pas prêt de s’arrêter pour lui puisqu’il a été choisi, en 2015, pour jouer le terrible Kylo-Ren, le méchant du septième volet de Star Wars : le réveil de la force. En 2018, il est à l’affiche de L’homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam. En 2019, dans Marriage story de Noah Baumbach, il explore avec Scarlett Johansson la violence qui peut surgir dans une relation, jusqu’à déchirer tout ce qui reste du couple.

Daniel Wu

Daniel Wu, Breitling Cinema Squad. (PPR/Breitling)
Daniel Wu, Breitling Cinema Squad.

Depuis ses débuts en 1998, Daniel Wu, acteur, réali­sateur et producteur américain, établi à Hong-Kong, a joué dans plus de 60 films. L’année 2015 a, par ailleurs, marqué le début de son rôle de Sunny dans la série télévisée post-apocalyptique faisant la part belle aux arts martiaux, diffusée sur la chaîne câblée américaine AMC et intitulée Into the Badlands, dont il est aussi producteur. Après avoir obtenu son diplôme d’architecture à l’Université de l’Oregon, Daniel Wu entreprend un voyage à Hong-Kong en 1997, où il est repéré pour son premier film. Depuis, il a remporté de nombreux prix et distinctions pour ses activités d’acteurs, ainsi que ses débuts en tant que réalisateur pour son film The Heavenly Kings, lequel lui a valu le Prix de Meilleur nouveau réalisateur au Hong-Kong Film Awards, ainsi qu’au Chinese Film Media Awards.

Frédérique Constant dans le temps

L’histoire de la marque Frédérique Constant est indéniablement liée à la passion de ses fondateurs pour l’horlogerie. Depuis 1988, Peter C. Stas et Aletta Bax, son épouse, réalisent leur rêve. L’objectif premier de ces deux Néerlandais est de proposer de la haute horlogerie à prix raisonnables au plus grand nombre possible de passionnés de montres. « Comment proposer à nos clients des montres sophistiquées, à l’image de celles que nous ne pouvons pas nous offrir, à un prix plus attractif ? »

Ils donnent alors naissance à Frédérique Constant : « Frédérique » pour le nom de la grand-mère d’Aletta et « Constant » pour celui du grand-père de Peter. La première collection est présentée en 1992 et c’est en 1994 que le premier modèle de l’emblématique ligne « Heart Beat » est dévoilé au public.

Heart Beat

A cette époque, Frédérique Constant distribue des modèles quartz ou bien mécaniques, principalement équipés de mouvements ETA 2890.

Afin de distinguer les modèles équipés d’un mouvement mécanique de ceux à quartz, Peter Stas et Aletta Bax ont l’idée ingénieuse de dessiner une petite ouverture sur le cadran pour laisser apparaître le balancier, véritable « cœur battant » de la montre.

À l’époque, ce procédé totalement inédit permet à la marque de démontrer son savoir-faire horloger et son ingéniosité. Mais les Stas ne pensent à déposer le brevet relatif à cette invention. L’erreur est fatale et, d’autres marques n’hésitent pas à adopter le procédé que Frédérique Constant a eu tant de mal à développer.

Un oubli qui aurait pu décourager le couple mais celui-ci – qui s’est alors installé en Suisse – continue à croire à son idée et cherche des solutions pour se distinguer.

De Heart Beat à Heart Beat Manufacture

«Le meilleur moyen était de changer de place le Heart Beat qui était alors placé à 11 heures, et de le mettre à 6 heures, se souvient Peter Stas, mais cela nous obligeait à revoir la construction du mouvement, quasiment à l’inverser afin de mettre le balancier en bas. La nécessité de fabriquer nous-mêmes notre calibre s’est imposée alors.» Et Aletta Bax  précise : «Cette fois-ci, nous avons déposé un brevet !».

Ils travailleront alors trois longues années pour développer leur propre mouvement en s’appuyant sur l’expertise de nombreux ingénieurs et horlogers.

Le premier mouvement Heart Beat est produit en 2004 en version mécanique manuelle. Depuis, chaque année, Frédérique Constant développe sa gamme « Heart Beat Manufacture », en proposant de nouvelles fonctionnalités : une phase de lune et une date en 2005, un mécanisme automatique en 2006, une version tourbillon en 2008…

Perpetual calendar Tourbillon Manufacture

En 2016, le Groupe Citizen a acquis Frédérique Constant, mais la collection de Perpetual Calendar Tourbillon Manufacture continue à incarner la quête visionnaire de ses fondateurs afin de démocratiser le luxe du savoir-faire horloger suisse.

Cette montre Perpetual Calendar Tourbillon Manufacture est animée par le mouvement automatique FC-975. Entièrement réalisé au sein de la manufacture Frédérique Constant, il est équipé d’une ancre et d’une roue d’échappement en silicium, un matériau compensant les effets de la gravité lorsque le mouvement est en position verticale et résistant aux changements de température.

Le quantième perpétuel affiche à 12 heures les mois, les jours à 3 heures et les jours de la semaine à 9 heures. La superbe cage du tourbillon est visible à 6 heures, ainsi que l’aiguille des secondes qui effectue un tour complet par minute. Il prend en compte les mois à 30 et 31 jours, les 28 jours du mois de février, ainsi que le cycle des années bissextiles et l’affichage du 29 février tous les quatre ans. Le quantième perpétuel nécessitera une seule correction manuelle en 400 ans, le 1er mars 2100, en raison d’une particularité du calendrier grégorien. Les heures et les minutes se règlent au moyen de la couronne.

Les montres de la gamme Frédérique Constant Perpetual Calendar Tourbillon Manufacture représentent la précision et la complexité qui caractérisent l’horlogerie suisse de haute qualité, tout en favorisant l’innovation.

Depuis le jour de sa création, Frédérique Constant poursuit avec passion le même objectif : proposer des garde-temps à la beauté immense, classique et intemporelle pour permettre à des amateurs d’horlogerie toujours plus nombreux d’accéder à des montres entièrement conçues en Suisse.

IWC Schaffhausen prend de l’altitude

Un peu plus de 10 ans après la sortie de sa gamme TOP GUN, qui doit son nom à l’élite de l’aviation américaine dont tous les membres sont diplômés de l’United States Navy Fighter Weapons School, l’horloger Suisse IWC Schaffhausen vient lui consacrer une nouvelle ligne de gardes-temps, aussi aériens que résistants.

La Maison Desitter vous présente la ligne TOP GUN, composée de 4 modèles. La Montre d’Aviateur Double Chronographe TOP GUN Ceratanium®, la montre d’aviateur chronographe TOP GUN édition « Désert Mojave », la Montre d’Aviateur Chronographe TOP GUN et la Montre d’Aviateur Automatic TOP GUN.

Le Ceratanium®, breveté par IWC Schaffhausen

IW371815_Pilot's Watch Double Chronograph TOP GUN Ceratanium_Lifestyle
Top Gun – Pilote Watch Double Chronograph

Alliant les avantages du titane pour sa légèreté et sa durabilité à ceux de la céramique pour sa dureté et sa résistance aux rayures, le Ceratanium®, matériau innovant et développé en interne, présente aussi une compatibilité cutanée totale.

La Montre d’Aviateur Double Chronographe TOP GUN Ceratanium®, entièrement revêtue d’un noir mat non recouvert, y compris les boutons-poussoirs et la boucle ardillon, garantit l’annulation des reflets de la lumière du soleil et résiste à la corrosion et l’air marin, particulièrement chargé en sel. Elle est entièrement adaptée à un usage quotidien pour un pilote confiné dans un cockpit.

Ce « double chronographe possède un mécanisme intégré de rattrapante pour mesurer simultanément deux laps de temps court ». Il est animé par le calibre 79420 à remontage automatique qui offre une réserve de marche de 44 heures.

La céramique et un air de désert

IWC propose dans sa ligne TOP GUN un second Chronographe. La céramique couleur sable qui habille son boitier est inspirée du désert Mojave situé dans le Sud de la Californie ou est implantée la plus grande base aéronavale des États-Unis, la Naval Air Weapons Station China Lake.

Sa teinte, « qui correspond parfaitement à la couleur des uniformes portés par les pilotes de la Navy », est une première et fait de cette référence, animée par le calibre de manufacture IWC 69380, une innovation disponible en édition limitée à 500 exemplaires. L’affichage pour le jour et la date font partie des fonctions du mouvement de ce chronographe à remontage à cliquets bidirectionnels, équipé d’une réserve de marche de 46 heures.

 

Autres premières parmi les montres d’aviateur

L’horloger Suisse s’adapte à tous les profils et vient compléter sa ligne avec la Montre d’Aviateur Chronographe TOP GUN. Équipée d’un boitier en céramique noire et d’un calibre de manufacture IWC 69380, elle offre une note de couleur rouge présente sur l’aiguille indiquant les secondes.

La Montre d’Aviateur Automatique TOP GUN ferme la série, équipée d’un mouvement automatique robuste, manufacture IWC. Accompagnée de son boitier en céramique noire, elle propose une réserve de marche de 72 heures.

IW389101_Pilot's Watch Chronograph TOP GUN
Pilot’s Watch Chronograph TOP GUN
IW326901_Pilot's Watch Automatic TOP GUN
Pilot’s Watch Automatic TOP GUN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En s’engageant dans le monde de l’aviation, IWC Schaffhausen s’implique de manière évidente à créer des montres à capacités supérieures à la moyenne afin qu’elles résistent au niveau d’exigence incroyablement élevé et aux besoins spécifiques des pilotes d’élite.

GOODWOOD, WEST SUSSEX, ENGLAND - AUGUST 5: <> at Goodwood on August 4, 2019 in Chichester, England. (Photo by Remy Steiner/Getty Images for IWC)
GOODWOOD, WEST SUSSEX, ENGLAND