Grand Prix d’Horlogerie de Genève : Le palmarès

Grand Prix d’Horlogerie de Genève : Le palmarès

Organisé chaque année, le prestigieux GPHG récompense la créativité contemporaine et l’innovation d’horlogers venant des quatre coins du monde. Cette année, en raison des circonstances sanitaires, la cérémonie s’est déroulée à huis clos au Théâtre du Léman de Genève. Présentée par le comédien français Edouard Baer ce jeudi 12 novembre, elle pouvait également être suivie à distance.  

Des montres de luxe aux montres de plongée, en passant par le prestigieux trophée de l’Aiguille d’Or, 19 récompenses ont été attribuées par un jury tant professionnel qu’international.

La bijouterie Desitter a sélectionné pour vous certains prix. 

Grand Prix de l’Aiguille d’Or

  • Piaget, Altiplano Ultimate Concept

Avec 2 millimètres d’épaisseur, l’Altiplano Ultimate Concept est la montre mécanique la plus plate du monde. Sa conception, qui se traduit par une fusion du boîtier et du mouvement, a demandé quatre ans de travail et s’est accompagnée du dépôt de cinq brevets. 

Grand Prix d’Horlogerie de Genève : Le palmarès

Prix de la Montre Iconique

  • Bvlgari, Aluminium Chronographe

Dans une combinaison graphique noire et blanche et confectionnée à partir de matériaux complètement inattendus, l’Aluminium Chronographe de Bvlgari se présente comme la montre la plus innovante et moderniste de la décennie passée. 

Grand Prix d’Horlogerie de Genève : Le palmarès

Prix de la Montre de Plongée

  • Breitling, Superocean Automatic 48 Boutique Edition

Traditionnelle et sécurisante, la Superocean répond parfaitement aux exigences des plongeurs. Avec un diamètre de 48 mm et recouverte de Super-LumiNova®, elle est facile et pratique à lire au cours des plongées profondes. Son boîtier en titane et en céramique la rend légère. 

GPHG : Le palmarès

Prix de la Petite Aiguille

  • Breitling, Superocean Heritage ’57 Limited Edition II 

Cette édition limitée a été lancée en ce début d’année dans le but de soutenir le personnel soignant en première ligne dans la lutte mondiale contre la Covid-19. Son design d’inspiration arc-en-ciel sur cadran bleu représente les symboles de l’espoir et de l’optimisme.

Grand Prix d’Horlogerie de Genève : Le palmarès

Prix Challenge

  • Tudor, Black Bay Fifty-Eight

Enfin, entre sobriété et élégance, la Black Bay Fifty-Eight « Navy Blue » perpétue la tradition des montres sportives bleues de TUDOR d’autrefois.

GPHG : Le palmarès

Cartier, une histoire unique et incomparable

Cartier, une histoire unique et incomparable

En 1847, Louis-François Cartier ouvre son atelier de bijouterie à Paris. Impressionnée par le savoir-faire du joaillier, la noblesse adopte rapidement ses créations. La princesse Mathilde, nièce de Napoléon et plus tard l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, deviennent ses fidèles ambassadrices.

Une clientèle d’élite

Dès les années 1900, reconnue comme Maison de joaillerie d’exception, Cartier remporte un vif succès auprès de la clientèle royale et aristocratique de toutes les grandes cours européennes.  Deux ans plus tard, une succursale ouvre à Londres. En 1904, le roi Édouard VII d’Angleterre puis le roi Alphonse XIII d’Espagne lui accordent un brevet de fournisseur officiel. Cette même année, Louis Cartier, petit-fils de Louis-François, conçoit la première montre Cartier. Dédiée à son ami et aviateur Santos-Dumont, cette montre-bracelet en cuir peut être portée au poignet. L’arrivée de la montre Santos signe l’avènement de la production de montres-bracelets par la marque.

Santos de Cartier

Durant les années qui suivent Cartier est accréditée comme fournisseur officiel attitré de nombreuses maisons royales dont celles du Portugal, de la Russie, de la Serbie et de la Belgique. En 1909, Cartier ouvre une succursale à New York et dépose le brevet de la boucle déployante pour montre-bracelet.

Des montres incontournables

Forte de son expertise joaillière originelle, la Maison mise davantage sur l’esthétique et la forme que sur l’innovation technique. Après la Tonneau apparue en 1906, la marque commercialise avec succès la montre-bracelet Santos inspirée du modèle de 1904.

Cartier, une histoire unique et incomparable
Tank de Cartier

En 1919, la montre Tank va connaître un succès immédiat. Inspirée des illustrations des tanks britanniques, Louis Cartier impose par ce modèle mythique le style de la Maison. Parmi eux, les « chiffres romains rayonnants, aiguilles pomme en acier bleui, minuterie chemin de fer et une pierre précieuse de taille cabochon au remontoir en guise de clin d’œil joaillier ». Par la suite, la Tank se décline sous diverses collections comme la Tank Louis Cartier, la Tank chinoise, la Tank cintrée, la Tank réversible…  

Sept ans plus tard, la montre baguette voit le jour. Ce modèle iconique doit son nom au fait que son cadran est de la même largeur que son bracelet.

Les créations se succèdent avec les années et font parler d’elles avec notamment la montre Tortue chronographe monopoussoir (1928), la montre basculante (1932), la Crash (1967), née d’après la légende d’une Tank abîmée lors d’un accident de voiture, les montres en vermeil Les Must de Cartier (1973), la montre Santos en or et acier (1978) vendue à plus d’un million d’exemplaires, la montre Panthère (1983), la Roadster (2001), le Ballon bleu (2008)…

Considérée comme l’une des marques les plus prestigieuses, la maison Cartier vend aujourd’hui ses créations à travers le monde entier.

La fonction GMT au fil du temps

La fonction GMT au fil du temps

Basés sur la course du soleil, les fuseaux horaires parcourent le monde. À la veille du XIXe siècle, l’Amérique du Nord compte plus de soixante-dix fuseaux horaires contre une trentaine pour l’Europe.

Avec l’éclosion des chemins de fer et l’avènement de l’industrie aéronautique, les échanges entre territoires se multiplient et entraînent l’universalisation de l’heure. Cette dernière fut instaurée par la Conférence Internationale du Méridien de Washington en 1884. Initialement adopté par vingt-cinq pays, cet usage fait aujourd’hui l’objet d’une référence universelle étendue sur l’ensemble de la planète.

Greenwich Mean Time, 51° 28’ 38” N

Également appelé « méridien zéro », le méridien de Greenwich est une référence permettant le partage du globe terrestre en vingt-quatre zones d’une heure. Séparant l’Est de l’Ouest uniformément à la manière dont l’équateur sépare le Nord du Sud, ce système – plus connu sous l’acronyme GMT, pour Greenwich Mean Time – permet de définir les heures locales de l’ensemble des villes à travers le monde.

Chaque heure se mesure depuis l’observatoire de Greenwich. Ce dernier se situe en Angleterre, dans la banlieue de Londres, où passe le premier méridien de la Terre. Correspondant à la longitude zéro, ce repère favorise l’estimation des références horaires de l’activité aérienne et terrestre. Enfin, il facilite la connaissance du positionnement de tout objet ou personne dans l’espace-temps.

La fonction GMT, l’heure du monde est à votre poignet

La fonction GMT au fil du temps

En 1955, la collaboration entre Rolex et Pan Am Airways sera à l’origine de l’invention de la fonction GMT. Il s’agit de la Rolex GMT référence 6542 première génération. De nos jours, ce système habille les poignets des business men et globe-trotters en tout genre. Summum de l’horlogerie fonctionnelle, cette complication se pare d’une quatrième aiguille et d’un guichet de date.

Différente des trois autres, cette aiguille présente une tête fléchée. De plus, contrairement aux repères classiques, elle parcourt un tour de cadran en vingt-quatre heures, contre douze heures en temps normal. Enfin, cette dernière dépend de son propre réglage, généralement situé sur la deuxième position de la couronne.

Enfin, la lunette tournante, marquée de vingt-quatre graduations, soutient la technique de cette fonction qui, avec l’aiguille GMT comme point de repère, indique poétiquement l’heure d’un deuxième fuseau horaire.

Messika présente Messika par Kate Moss

Valérie Messika a fondé sa marque de joaillerie en 2005. Après avoir été inspirée par son père, un diamantaire réputé, la créatrice a su dès son plus jeune âge qu’elle voulait créer sa propre ligne de bijoux tout en brisant les codes du domaine et créer un genre qui permettrait aux femmes de porter des diamants tous les jours comme elles le souhaitent. « Accompagner les femmes d’un supplément d’éclat et de confiance en soi », tel est l’objectif de Valérie Messika quand elle imagine ses bijoux.

Messika by Kate Moss

Égérie de la Maison depuis plus d’un an, Kate Moss endosse désormais le rôle de créatrice. En collaboration avec Valérie Messika, elle signe une collection inédite d’une centaine de pièces. « Ces derniers temps, le rôle de l’égérie ne se limite plus au mannequinatChez Messika, les égéries suivent généralement les grands projets de la Maison, voire même y participent dans une dynamique de co-création. » explique la créatrice.

Messika présente Messika par Kate Moss

Kate Moss et Valérie Messika ont créé, avec spontanéité et sincérité, une ligne joaillière « éclectique, colorée et vivante ». Kate Moss confie : « Notre complicité avec Valérie Messika était évidente, et étonnamment puissante. Nous partageons les mêmes idées de liberté et de créativité. Nous souhaitions une collection de Haute Joaillerie conçue par des femmes pour des femmes. »

La boîte à bijoux personnelle de Kate a inspiré la majorité de la collection : couleurs, motifs XXL, inspirations venues d’ailleurs, Art déco… Ce fut un véritable challenge, car l’univers du mannequin était assez éloigné des bijoux Messika. Valérie voulait absolument que chaque création tienne compte aussi bien des valeurs de Messika que du style de sa muse. « Il était donc important pour nous deux de créer quelque chose qui soit représentatif de chacun de nous individuellement. Le résultat est une collection qui a des vibrations bohèmes et qui est intemporelle mais éclectique et audacieuse ! »

Pour la première fois dans l’histoire de sa marque, Valérie Messika ne mise pas que sur les diamants. Elle s’inspire de la couleur et de matériaux précieux. En hommage aux couleurs préférées de Kate Moss, les deux femmes ont créé un ensemble de bijoux flamboyants et audacieux. La malachite, la nacre et la turquoise sont les stars de colliers extravagants, de boucles d’oreilles XXL, de bagues à 3 doigts et d’autres merveilles.

Speedmaster « Silver Snoopy Award » 50e anniversaire, OMEGA nous renvoie dans l’espace

Speedmaster « Silver Snoopy Award » 50e anniversaire, OMEGA nous renvoie dans l’espace

Nous sommes en 1960 lorsque que Charles M. Schulz, célèbre illustrateur de bande dessinée, commence à représenter Snoopy sur la Lune. En 1968, la NASA est en quête du « visage » qui représentera son programme de sécurité. Entre sécurité et sagesse, l’idée du célèbre beagle ne fait aucun doute. À la fois « chien de garde » et représentatif de légèreté, l’adorable Snoopy prend les commandes des missions spatiales habitées de la NASA.

« Mascotte de la NASA, Snoopy porte chance aux astronautes depuis plus d’un demi-siècle. Représentant le succès total des missions, il garde toujours sa bonne humeur, même dans les situations les plus dramatiques. Depuis 1968, le Silver Snoopy Award est décerné aux personnes ou entreprises qui ont contribué de façon significative au succès des missions spatiales habitées. »

Entre l’agence spatiale américaine et l’horloger, l’histoire perdure. En 1965, la NASA déclare la célèbre OMEGA Speedmaster comme « vol qualifié pour toutes les missions spatiales habitées ». Cinq ans plus tard, à l’issue de la mission Apollo 13, l’horloger se verra récompenser de ce prix de prestige.

« Apollo 13 a fait face à de nombreux défis sérieux au cours des prochains jours, alors que la NASA travaillait sans relâche pour surmonter la situation de plus en plus volatile. C’est cependant au stade final que l’excellence mécanique d’OMEGA a été réclamée. […] Pour réajuster manuellement le cap de l’engin, une combustion exacte de 14 secondes du moteur était nécessaire. Sans leurs minuteries numériques, l’équipage dirigé par le commandant James Lovell a plutôt utilisé ses chronographes OMEGA Speedmaster pour chronométrer la brûlure. Au grand soulagement, la manœuvre a parfaitement fonctionné et, finalement, le 17 avril, Apollo 13 est revenu sur Terre en toute sécurité. »

La Speedmaster au cœur des missions spatiales

Cinquante ans après cet événement, un garde-temps spécial voit le jour : La Speedmaster « Silver Snoopy Award » 50e anniversaire.

Speedmaster « Silver Snoopy Award » 50e anniversaire, OMEGA nous renvoie dans l’espace

Entre animation et art horloger, Snoopy, vêtu d’une combinaison spatiale, y joue un rôle de premier plan. Le petit beagle apparaît, sous la forme d’un médaillon en argent gaufré sur le sous-cadran bleu à 9 heures. Enfin, il refait surface sur le fond du boîtier, dans son module de service et de commande (CSM) sur une aiguille magique. À l’activation de l’aiguille des secondes du chronographe, Snoopy fait, à l’image de l’équipage d’Apollo 13, le tour de la mystérieuse face cachée de la Lune. La surface lunaire décore le verre saphir à l’aide d’une métallisation micro-structurée unique.

Le bracelet nylon bleu présente la trajectoire de la mission Apollo 13, en relief sur la doublure. Attaché à un boîtier de 42 mm en acier inoxydable, ce modèle s’inspire du style Speedmaster de 4e génération. Cette dernière est la première montre portée sur la Lune en 1969. Enfin, l’échelle tachymétrique, avec l’emblématique « Dot over Ninety » en émail blanc apparaît sur une lunette en céramique bleue [ZrO 2].

Ce modèle, propulsé par le calibre OMEGA Co-Axial Master Chronometer 3861, s’inscrit dans la lignée de l’historique collection Speedmaster. « Ce mouvement révolutionnaire a porté le légendaire calibre Moonwatch à de nouveaux standards d’excellence, avec une innovation antimagnétique, ainsi que la certification Master Chronometer attribuée par l’Institut Fédéral Suisse de Métrologie (METAS). »

L’octobre rose de Frédérique Constant

L'octobre rose de Frédérique Constant

À l’occasion de « l’octobre rose », Frédérique Constant soutient l’Association « Ruban rose », récemment renommée « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! », en proposant un bracelet rose pour trois modèles de ses collections féminines.

Depuis 1994, le rose est devenu le symbole de diverses campagnes de sensibilisation pour lutter contre le cancer du sein tout particulièrement durant le mois d’octobre, appelé « octobre rose ». Le but est de récolter des fonds en faveur de la recherche contre le cancer et de sensibiliser les femmes et leur entourage sur le cancer du sein et l’importance de son dépistage.

L’octobre rose et l’horlogerie

Dans cet esprit, la Manufacture horlogère suisse reverse 10% à l’association Ruban Rose pour chaque montre Ladies Edition Spéciale. Notez que la vente doit être réalisée entre le 1er et le 31 octobre.

Classics Carrée Ladies Pink Ribbon

L'octobre rose de Frédérique Constant

Raffinée et mondaine, la Classics Carrée Ladies se pare d’un mini cadran carré en nacre blanche, serti de diamants. Dotée de chiffres romains et d’aiguilles noires polies à la main, cette pièce s’accompagne d’un élégant bracelet en cuir de veau framboise effet crocodile.

Classics Ladies Quartz Pink Ribbon

L'octobre rose de Frédérique Constant

Fonctionnelle et intemporelle par son allure, la Classics Ladies Quartz possède un boîtier rond en acier argenté à décor guilloché. Les aiguilles polies à la main et les chiffres romains noirs qui survolent le cadran nacré garantissent une parfaite lisibilité. Enfin, à 6 heures, un guichet de date complète les fonctionnalités de ce garde-temps monté sur un bracelet en caoutchouc rose.

Ladies Automatic Pink Ribbon

L'octobre rose de Frédérique Constant

La Ladies Automatic scintille de mille feux avec sa lunette sertie de 40 diamants. Son cadran gris clair aux motifs en forme de cœur alterne des chiffres romains noirs et de délicats index diamants. Un guichet situé à 3 heures offre l’affichage de la date. Pour couronner le tout, cette pièce conjuguant le charme à la grâce s’accompagne d’un bracelet en caoutchouc rose.

La Breitling Endurance Pro annonce la couleur

Avec la Endurance Pro, Breitling annonce la couleur

Breitling lance, dans sa gamme Professional, un garde-temps adapté au sport et à la vie de tous les jours. Baptisée la Breitling Endurance Pro, cette nouvelle série de montres s’adresse aussi bien aux athlètes confirmés qu’aux sportifs occasionnels.

Comme l’explique Georges Kern, PDG de Breitling : « Lorsque Jan Frodeno est devenu membre de notre Triathlon Squad, il m’a demandé quelle Breitling il devait porter. Nous avons réfléchi à la montre parfaite correspondant à un mode de vie sportif et nos idées ont donné naissance à l’Endurance Pro. Avec cette montre, nous avons adapté notre technologie SuperQuartz™ aux besoins des personnes à l’image de Jan, qui consacrent autant de temps à son travail qu’à leurs loisirs. Et le boîtier Breitlight® est tellement léger qu’il ne peut gêner ni des entraînements intenses ni des activités sportives. »

Breitling Endurance Pro, une sportive haute en couleur

Équipée d’un boîtier Breitlight® ultra-léger de 44 mm, la Breitling Endurance Pro s’adapte parfaitement à une utilisation au quotidien. La lunette tournante noire bidirectionnelle affiche quatre gravures représentant les points cardinaux (N, S, E, W). Sur le cadran, noir lui aussi, les aiguilles des heures et des minutes sont recouvertes de SuperLuminova®, permettant une visibilité parfaite en toutes circonstances.

The Endurance Pro Collection with colorful rubber straps

Les trois compteurs situés à 2, 6 et 10 heures indiquent les secondes, le 1/10e de seconde et les 30 minutes. Les chiffres blancs qui ornent le cadran sont volumineux et parfaitement visibles. De plus, une lunette intérieure avec échelle pulsométrique entoure ce dernier, permettant ainsi à l’utilisateur de contrôler sa fréquence cardiaque durant les entraînements.

La Breitling Endurance Pro s’anime à l’aide d’un calibre SuperQuartzTM thermocompensé, dix fois plus précis que le quartz classique. Ce modèle, certifié COSC, offre une étanchéité allant jusqu’à 100 mètres.

Enfin, pour satisfaire tous les goûts, Breitling propose cinq teintes éclatantes : rouge, bleu encre, orange, jaune et blanche. Seuls la lunette intérieure, le bracelet en caoutchouc Diver Pro et la couronne tactile surmoulée présentent des nuances colorées.

TUDOR Royal, une personnalité unique

TUDOR Royal, une personnalité unique

Après la Black Bay Fifty-Eight « Navy Blue », réédition de l’iconique Black Bay Fifty-Eight, modèle historique de la Maison TUDOR, nous sommes fiers de vous présenter la nouvelle collection TUDOR Royal.

La ligne TUDOR Royal fait maintenant partie intégrante de l’héritage de la Maison horlogère. Avec ses performances techniques et son esthétique hautement raffinée, la TUDOR Royal se positionne entre montre classique et sportive.

TUDOR Royal, l’esprit sport-chic à l’honneur

Avec un boîtier étanche à 100 mètres, la TUDOR Royal s’impose par son design atypique. La glace en saphir est dignement enlacée d’une lunette décorée de finitions rainurées et polies. De son côté, la couronne en acier ou en or est ornée du logo TUDOR. La ligne Royal propose quatre références entraînées par un mouvement mécanique à remontage automatique. Chacune d’entre elles se définit par une boîte en acier, finition polie satinée, de 41, 38, 34 ou 28 mm. Entre clarté et obscurité, les cadrans présentent les coloris suivants : noir argenté, champagne ou bleu. Les modèles 34 et 28 mm sont aussi disponibles avec un cadran en nacre blanche sertie.

Enfin, notez que la version 41 mm bénéficie d’un traitement particulier. En effet, elle offre l’affichage du jour et de la date, dans des guichets situés à 12 et 3 heures.

La Royal et son bracelet

Entre fluidité, confort et élégance, le bracelet intégré de la TUDOR Royal ne passe pas inaperçu. Disponible dans quatre diamètres, permettant ainsi de s’adapter à tous les poignets, le bracelet se caractérise par ses trois larges maillons satinés. Des éléments plus fins polis entrecoupent les maillons, apportant ainsi un confort de porter optimal. Ce dernier est disponible en acier ou en acier et or jaune.

Enfin, confiant de la qualité de ses créations et toujours dans l’optique de proposer un produit horloger de pointe, TUDOR accompagne chacune de ses ventes d’une garantie de cinq ans.

La Hampton rend hommage à l’Art déco

La Hampton rend hommage à l'Art déco

La maison suisse Baume & Mercier a décidé, cette année, d’étoffer sa collection Hampton avec le lancement de nouvelles pièces contemporaines. 

Le nouveau modèle Hampton s’accompagne d’une forme rectangulaire et de codes esthétiques inspirés du mouvement Art déco. L’éclat de couleurs vives, les matériaux luxueux et les lignes droites s’accordent aux courbures devenues plus fluides et aux angles droits arrondis.

Protégé par un verre saphir bombé, le cadran dévoile des chiffres arabes à midi et six heures qui s’associent aux aiguilles aux formes de glaive.

La Hampton au masculin

La Hampton rend hommage à l’Art déco

Trois modèles sont proposés aux poignets masculins. Le premier est un garde-temps classique à trois aiguilles de 43 x 27,5 mm. Le deuxième, de 48 x 31 mm, propose aussi trois aiguilles et affiche une petite seconde et un guichet de date. Enfin, le troisième est un double fuseau horaire grande date, qui présente un indicateur jour/nuit (48 x 31 mm). 

Chaque modèle embarque un mouvement automatique à masse oscillante décoré de « Côtes de Genève », visibles à travers le fond ouvert du boîtier. La réserve de marche de 38 ou 42 heures, dépend du modèle choisi.

Trois versions au féminin

La Hampton rend hommage à l’Art déco

Aussi dédiée aux femmes, la Hampton se décline en trois modèles de plus petits gabarits. Ces garde-temps de 35 x 22,2 mm sont animés par un mouvement à quartz nouvelle génération. Ce dernier offre une autonomie optimisée de sept ans. Les versions féminines se déclinent en plusieurs coloris : cadran argenté, bleu satiné soleil ou nacre blanche sertie de diamants. Enfin, sachez qu’il vous sera possible de personnaliser le fond de boite par une gravure sur demande.

Afin d’optimiser les accords au maximum, Baume & Mercier a dévoilé quatorze bracelets en cuir aux nuances éclatantes. Ainsi, en plus d’un bracelet en acier, la nouvelle Hampton peut s’habiller d’un bracelet en couleur. Parmi les teintes proposées : océan, corail, turquoise, citron vert, vert, noir, orchidée, mauve, fruits de la passion, coquelicot, mangue, pistache, rose poudré ou bleu glacier. La Hampton offre ainsi la liberté d’opter pour une saison hivernale haute en couleurs…

La Hampton rend hommage à l’Art déco

La Highlife nouvelle génération

La Highlife nouvelle génération

Fondée en 1988 à Genève, Frédérique Constant a su démocratiser le luxe horloger Swiss Made. En 1999, aux côtés d’une grande variété de garde-temps, tant mécaniques que quartz, l’horloger lance la collection Highlife. Cette semaine, la nouvelle génération de cette icône horlogère a vu le jour…

La Maison Desitter est heureuse de vous présenter la Highlife Automatic COSC, d’ores et déjà disponible dans sa bijouterie, rue des Dominicains 15-17, à Liège.

La nouvelle collection, fidèle à son histoire

Moderne, élégante ou encore sport chic, la nouvelle collection reste « fidèle au design originel de 1999 » La collection Highlife 2020, qui porte avec elle l’ADN de son aînée, reste « toujours élaborée sur le même socle de valeurs Frédérique Constant. » À savoir : « bienfacture, Swiss Made, abordable, pensé pour le quotidien. »

Highlife Automatic COSC, pour les adeptes de l’ultra précision

Certifiée par le Contrôle Suisse des Chronomètres (COSC), cette pièce regroupe l’essence des deux autres modèles de cette collection. Nous retrouvons ainsi les trois aiguilles épurées de la Heart Beat et le guichet dateur de la Perpetual Calendar Manufacture.

« Les pièces certifiées COSC forment donc une élite, une classe à part destinée à des collectionneurs pour qui la « précision suisse » est une réalité qui se vit au quotidien. C’est notamment pour eux que la Highlife Automatic COSC est développée. » déclare la marque dans un communiqué de presse.

Avec un boîtier de 41 mm, ce garde-temps se décline en quatre versions chromatiques : bicolore, acier/cadran bleu et bracelet en cuir noir/cadran blanc. Une variante au boîtier plaqué or rose et cadran noir est aussi proposée, sur un bracelet en cuir marron.

Animé par le calibre FC-310, un mouvement Automatic COSC oscillant à 28’800 alt/h, ce modèle se veut moderne, fiable et de qualité.

Frédérique Constant transmet, à travers le globe qui décore le boîtier de ses modèles, le souhait d’une horlogerie responsable et durable.