L’arrivée de LA BRUNE & LA BLONDE

Légèreté, sensualité et féminité. Aujourd’hui vendues à travers le monde, les créations épurées de LA BRUNE & LA BLONDE, répondant à la signature du diamant nu monté sans serti, vous offriront un plaisir simple et sans artifice.

La Bijouterie Desitter est fière d’accueillir et de vous présenter cette Maison de joaillerie novatrice.

Pas un simple diamant, un diamant nu

L’aventure commence avec une idée spécifique et audacieuse. Elle jaillit d’un moment précis, d’un geste répété et maîtrise, celui de l’ouverture d’un pli à pierres de diamantaire. L’idée était de trouver une nouvelle manière de sertir le diamant évitant le serti classique,  qui empêche de  profiter de l’intégralité de la surface du diamant. La solution? le percer.

Percer un diamant, une idée sacrilège pour un grand nombre de diamantaire, mais une signature forte et en devenir pour cette créatrice qui a su faire frissonner ses collections en améliorant la luminosité et la visibilité des diamants.

Le diamant nu, un concept

Dès sa création en 2011, le diamant nu se manifeste comme la signature de LA BRUNE & LA BLONDE. « Grâce à ce procédé unique qui révèle le diamant à 360° et sublime son éclat, LA BRUNE & LA BLONDE réinterprète un bijou intemporel, le solitaire, et propose une nouvelle façon de porter les diamants, à même la peau ».

Ce concept fait le buzz dès son lancement et sera mis en avant par les grands magasins et les concept-stores les plus influents. Parmi eux, l’incontournable PRINTEMPS Haussmann et Colette, rue Saint-Honoré, qui était le concept-store le plus connu au monde à cette époque.

Inspirée de l’univers de la cosmétique de luxe, cette joaillerie de peau à su bousculer les codes, et est à ce jour en vente dans plus de 100 boutiques à travers le monde.

Le luxe à la française

LA BRUNE ET LA BLONDE reste proche et fidèle à ses origines. En effet, la marque est fière de vendre  l’intégralité de ses bijoux sous le label MADE IN FRANCE, mettant ainsi en avant le savoir-faire et le talent des artisans joailliers français. De plus, chaque référence est  accompagnée d’un certificat d’authenticité attestant le titre de l’or (18 carats) et la qualité de ses diamants.

Mais qui a mis ces diamants à nu ?

Véronique Tournet, la Brune, originaire de Brive-La-Gaillarde, survole l’Atlantique après l’obtention de son diplôme, pour représenter des marques de luxe françaises aux États-Unis. À son retour en France, et après un Master à l’Institut Français de la Mode et ses débuts chez Mauboussin et Boucheron, son goût pour le  luxe et la perfection la mène place Vendôme. Avec la Blonde, Rebecca Levy qui a depuis quitté l’aventure, elle lance sa propre Maison de joaillerie.

~

Collections pures et aérées, compositions poétiques et lumineuses, les créations de LA BRUNE ET LA BLONDE feront le bonheur de chacune…

Le nouveau trio plein d’attitude de la Maison Messika

Lancée en 2005 et aujourd’hui présente dans plus de 70 pays, la Maison Messika a su révéler son propre style et trouver sa place dans le monde de la joaillerie de luxe.

À l’occasion de la sortie de sa nouvelle collection Lucky Move, Messika a choisi de mettre trois icônes contemporaines sur le devant de la scène. La Maison Desitter vous présente ce trio d’attitude composé de Kate Moss, Sylvia Hoeks et Joan Small.

Fille d’un célèbre diamantaire, Valérie Messika a su apprendre et transmettre dans ses collections tous les secrets du métier. Elle trace son propre chemin et propose à travers ses collections, pleines d’audace, de douceur et de passion, une forme de fidélité que l’on retrouve aussi dans l’esprit de ses boutiques, parmi lesquelles celle de la fameuse rue Saint-Honoré, à Paris.

« Avec ses diamants en mouvement, sa forme ronde et son micro pavage, Lucky Move perpétue la signature Messika. Toujours dans l’esprit Mix & Match, les pièces se portent en solo, en accumulation ou en asymétrie. Autant de déclinaisons possibles qui rendent la femme Messika unique, moderne et rayonnante. »

Une histoire de femmes

Afin de casser les codes de la joaillerie parisienne, Valérie Messika voulait « un trio de filles, une bande, qui représenterait les femmes dans leur diversité et où chacune, quel que soit leur âge, incarnerait un type de beauté. »

Kate Moss for Messika, Lucky Move
Kate Moss, Messika

 

L’idole absolue

Kate Moss, célèbre Londonienne, étoile de la mode depuis ses 14 ans, regroupe à elle seule les symboles de la féminité, de l’audace et de l’esprit rock.

« Kate Moss est depuis toujours ma muse, c’est LE monstre sacré de la mode » déclare Valérie Messika.

 

Sylvia Hoeks for Messika, Lucky Move
Sylvia Hoeks, Messika

 

 

Le futur lui appartient

Sylvia Hoeks, crâne rasé et silhouette hyper-racée, est une actrice et mannequin néerlandaise qui, au travers du caractère qu’elle exprime, représente le visage moderne « possédant à la fois force et douceur, mêlant androgynie et ultra-féminité. »

 

Joan Smalls for Messika, Lucky Move
Joan Smalls, Messika


100% glamour

Originaire de Porto Rico, Joan Smalls est un jeune mannequin engagé qui a su s’imposer en tant qu’Ange Victoria’s Secret et trouver sa place parmi les plus grandes marques de luxe.

« J’ai choisi Joan Smalls pour son physique spectaculaire, elle dégage un glamour très contemporain » déclare Valérie Messika.

 

Résultat d’une inspiration traditionnelle et tous ornés de diamants, les bijoux de la collection Lucky Move regroupent diverses pièces aux rondeurs féminines et envoûtantes. Nous retrouvons parmi elles le grand et le petit médaillon, la bague à trois doigts, le pendentif réversible personnalisable.

« Née de la volonté d’épouser à la perfection le corps de la femme », et comme le décrit Valérie Messika, la collection Lucky Move est destinée à s’adapter à chaque cliente.