La tête dans les étoiles

La montre traditionnelle selon Rolex La Rolex Cellini Moonphase en or Everose. Boîtier : 39 mm. Cadran : blanc. Bracelet cuir. #Rolex #Cellini

Avant de parvenir à découper le temps, l’homme avait recourt au Soleil, à la Lune et aux constellations afin de se repérer en fonction des jours, des saisons et du passage des mois. La Lune, aussi poétique que mystique devint, de part ses performances techniques, l’astre préféré des horlogers.

Présenté comme un classique parmi les complications, l’affichage lunaire propose la reproduction du cycle de l’astre des nuits sur votre garde-temps. Cette indication qui est un complément quasi obligatoire du calendrier perpétuel peut aussi apparaître sur une montre de poche ou montre-bracelet.

 

Les phases lunaires

Les phases lunaires représentent les portions de Lune, illuminées par le Soleil, qui sont visibles depuis la Terre. L’orbite de la Lune autour de la Terre entraîne le changement de phase d’un jour à l’autre. Le cycle lunaire, aussi appelé lunaison, dure 29,5 jours. Ce cycle, décomposé en quatre points représentés sous forme d’aller-retour, est composé de huit phases : nouvelle lune, premier croissant, premier quartier, lune gibbeuse croissante, pleine lune, lune gibbeuse décroissante, dernier quartier, dernier croissant.

Le mécanisme

Sur un garde-temps, les phases lunaires sont généralement indiquées par un système de disque ou de guichet. Le disque, qui porte deux lunes, est entraîné par une roue composée de 59 dents, un doigt la pousse d’un cran toute les 24 heures.

 Frederique Constant - Slimline Moonphase

La durée d’une révolution synodique lunaire, soit l’intervalle de temps nécessaire pour qu’elle retourne à position de départ par rapport au Soleil et à la Terre, est de 29 jours 12 heures 44 minutes et 2,8 secondes (soit 29,53 jours). Or, sur le cadran d’une montre la durée de lunaison est de 29,5 jours ce qui entraîne un décalage du système réglable à la main, tous 2 ans, 7 mois et 20 jours.

 

Un autre système plus complexe aussi appelé « lune astronomique », présent sur des montres très haut de gamme, possède une roue de 135 dents. Celui-ci offre une précision de 29 jours 12 heures et 45 minutes ce qui n’entraîne un décalage que tous les 122 ans.

Le réglage du mécanisme se fait grâce à la consultation du calendrier lunaire ou par l’intermédiaire de la date de la dernière lune, avant de remonter jusqu’à la date actuelle à l’aide de la couronne des secondes.

Amateur ou passionné, cette complication offre une évasion poétique hors du commun grâce à laquelle les mouvements du ciel sont à votre portée…

L’arrivée de LA BRUNE & LA BLONDE

Légèreté, sensualité et féminité. Aujourd’hui vendues à travers le monde, les créations épurées de LA BRUNE & LA BLONDE, répondant à la signature du diamant nu monté sans serti, vous offriront un plaisir simple et sans artifice.

La Bijouterie Desitter est fière d’accueillir et de vous présenter cette Maison de joaillerie novatrice.

Pas un simple diamant, un diamant nu

L’aventure commence avec une idée spécifique et audacieuse. Elle jaillit d’un moment précis, d’un geste répété et maîtrise, celui de l’ouverture d’un pli à pierres de diamantaire. L’idée était de trouver une nouvelle manière de sertir le diamant évitant le serti classique,  qui empêche de  profiter de l’intégralité de la surface du diamant. La solution? le percer.

Percer un diamant, une idée sacrilège pour un grand nombre de diamantaire, mais une signature forte et en devenir pour cette créatrice qui a su faire frissonner ses collections en améliorant la luminosité et la visibilité des diamants.

Le diamant nu, un concept

Dès sa création en 2011, le diamant nu se manifeste comme la signature de LA BRUNE & LA BLONDE. « Grâce à ce procédé unique qui révèle le diamant à 360° et sublime son éclat, LA BRUNE & LA BLONDE réinterprète un bijou intemporel, le solitaire, et propose une nouvelle façon de porter les diamants, à même la peau ».

Ce concept fait le buzz dès son lancement et sera mis en avant par les grands magasins et les concept-stores les plus influents. Parmi eux, l’incontournable PRINTEMPS Haussmann et Colette, rue Saint-Honoré, qui était le concept-store le plus connu au monde à cette époque.

Inspirée de l’univers de la cosmétique de luxe, cette joaillerie de peau à su bousculer les codes, et est à ce jour en vente dans plus de 100 boutiques à travers le monde.

Le luxe à la française

LA BRUNE ET LA BLONDE reste proche et fidèle à ses origines. En effet, la marque est fière de vendre  l’intégralité de ses bijoux sous le label MADE IN FRANCE, mettant ainsi en avant le savoir-faire et le talent des artisans joailliers français. De plus, chaque référence est  accompagnée d’un certificat d’authenticité attestant le titre de l’or (18 carats) et la qualité de ses diamants.

Mais qui a mis ces diamants à nu ?

Véronique Tournet, la Brune, originaire de Brive-La-Gaillarde, survole l’Atlantique après l’obtention de son diplôme, pour représenter des marques de luxe françaises aux États-Unis. À son retour en France, et après un Master à l’Institut Français de la Mode et ses débuts chez Mauboussin et Boucheron, son goût pour le  luxe et la perfection la mène place Vendôme. Avec la Blonde, Rebecca Levy qui a depuis quitté l’aventure, elle lance sa propre Maison de joaillerie.

~

Collections pures et aérées, compositions poétiques et lumineuses, les créations de LA BRUNE ET LA BLONDE feront le bonheur de chacune…